top of page

JE NE SUIS PAS CE QUE JE CROIS ÊTRE

Dernière mise à jour : 24 juil. 2023

Je ne suis pas ce que je pense être. Mon corps physique, mes pensées, mes émotions, mes perceptions, tout cela est en moi, je peux l'observer et le ressentir, mais je ne suis pas cela.


L'attachement à l'identité, à ce que je crois être, mon ego ou ma structure de caractère, est basé sur le conditionnement, sur ce que l'on m'a dit être depuis l'extérieur et que j'ai cru, basé sur des expériences externes et du passé, ainsi que sur l'information génétique familiale.


Un enfant est innocent et prend tout, il ne fait pas la distinction entre ce qui est nourrissant ou destructeur. Ainsi, l'enfant, par peur d'être rejeté par la famille, le clan (par instinct de survie), se soumet aux demandes externes d'un amour conditionné, il s'y plie par amour. Et une fois adulte, il continue de rechercher cet amour inconditionnel ou ce "paradis" dont il vient et qu'il a perdu. Ainsi naît l'idée de séparation, pour ne pas ressentir cette blessure véritable de ne pas avoir été pris tel que j'étais, tel que je suis.


Ce rejet, cet abandon, cette trahison, cette injustice ou cette humiliation que nous avons vécus et dont nous nous sommes convaincus de ne plus jamais revivre, sont le fruit de notre perception subjective des événements que nous avons vécus. L'enfant ne peut pas comprendre que, par exemple, maman est stressée et lui répond sur un ton sec, l'enfant interprète alors qu'il est mauvais, coupable. Et la paradoxe est que, une fois adultes, papa et maman ne sont plus là, et c'est nous-mêmes qui continuons de perpétuer cette blessure, en croyant au programme interne de culpabilité ou de dévalorisation.


En empruntant ce chemin, nous ne guérirons pas la blessure. Si nous continuons de chercher à l'extérieur ce qui nous a été refusé, ce qui nous a manqué, que ce soit l'attention, l'acceptation, la reconnaissance pour ce que nous sommes, nous ne comblerons jamais ce vide, ce manque. Et à partir de ce passé, ces schémas qui gouvernent notre vie, plongés dans l'inconscient, se projettent dans le futur, assurant que nous continuerons à courir aveuglément dans le même cercle de l'insatisfaction, de la souffrance. Depuis l'esprit égoïque, l'identité, il n'y a pas d'échappatoire.


La seule voie possible est celle de l'intériorité. Nous permettre de ressentir ce que nous n'avons pas osé ressentir à l'époque, d'exprimer, de crier, de pleurer la douleur jusqu'à ce que quelque chose se brise à l'intérieur, en visitant notre propre enfer. En nous vidant de ce qui a été réprimé, nous créons de nouveaux espaces intérieurs, de nouvelles ouvertures, permettant à la rivière d'énergie de couler à nouveau. Comprendre de quelle manière nous nous limitons et nous bloquons nous-mêmes en remettant le pouvoir à l'extérieur, aux pensées, à la famille, au partenaire, à la société. Mettre de la lumière sur l'obscurité, en rendant conscient l'inconscient. Prendre la responsabilité de notre vie et décider ce que nous voulons faire de ce qui nous arrive à chaque instant. Traverser nos peurs pour nous permettre de vivre la vie que nous voulons vivre, car nous le méritons ainsi.

Comprendre qui ou ce que nous sommes réellement en profondeur, pour nous rendre compte que tout a été nécessaire pour apprendre à nous aimer tels que nous sommes, avec nos côtés lumineux et sombres, et pour récupérer le royaume perdu, la conscience, vivre depuis notre Être. Ainsi naît la gratitude, en comprenant tout ce que la vie nous a donné et continue de nous donner, en comprenant le jeu. Et ainsi, nous commençons à nous tourner vers l'extérieur, capable de donner aux autres depuis notre plénitude.


C'est un voyage pour les héros et les héroïnes, qui se prolonge tout au long de notre vie. Certains refusent, d'autres s'épanouissent. Ainsi, nous mûrissons et passons d'enfants inconscients à des hommes et des femmes conscients.


Je ne suis pas le contenu, mais le contenant, l'espace interne où les perceptions ont lieu. C'est là que naît la transformation de la vie, en comprenant ce changement de perception, plus vaste et profond. Je suis une manifestation de la Conscience, de la Divinité, de l'Énergie Universelle, de l'Unité, du Créateur... et de nombreux autres noms qui ont émergé au cours de l'histoire pour désigner l'indicible.


Par Marta Masanés.


Holistika Center organise des retraites spirituelles et transformatrices. Nous basons notre travail sur les états de conscience élargis et les plantes sacrées.




13 vues0 commentaire

Comments


bottom of page