top of page

LES 10 QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES SUR LE MICRODOSAGE.

"Il y a des choses connues et des choses inconnues, et entre les deux se trouvent les portes de la perception." - Aldous Huxley


Le microdosage est apparu comme un phénomène fascinant au cours des dernières années, captivant l'attention des chercheurs, des professionnels et des personnes curieuses cherchant des méthodes alternatives de croissance personnelle et d'amélioration cognitive. En prenant de minuscules doses de substances psychédéliques, telles que le LSD ou le psilocybine, les microdoseurs espèrent débloquer une gamme de bénéfices potentiels. Plongeons dans le monde du microdosage, en examinant ses motivations, ses effets, son statut légal, les risques et l'état actuel de la recherche scientifique.


  • Qu'est-ce que le microdosage ? Le microdosage consiste à ingérer régulièrement des doses sub-perceptuelles de substances psychédéliques. Contrairement aux expériences psychédéliques traditionnelles, les microdoses sont administrées à des niveaux trop faibles pour provoquer des hallucinations ou altérer significativement la perception de la réalité. Les personnes pratiquant le microdosage consomment souvent ces substances tous les quelques jours ou suivent un calendrier spécifique.

  • Quelles sont les raisons du microdosage ? Les motivations derrière le microdosage sont diverses et variées. De nombreux adeptes affirment que le microdosage améliore la créativité, renforçant leur capacité à penser de manière novatrice et à générer des idées nouvelles. Une amélioration de la concentration, de la productivité et des performances cognitives est également rapportée, ce qui rend le microdosage attrayant pour les étudiants et les professionnels. De plus, le microdosage est considéré comme capable d'atténuer les symptômes d'anxiété et de dépression, offrant un soulagement à ceux qui recherchent des méthodes de traitement alternatives. Certaines personnes poursuivent le microdosage dans le but de mieux se connaître et de favoriser leur développement personnel.

  • Quels sont les mécanismes du microdosage ? Bien que les mécanismes précis du microdosage restent un sujet de recherche en cours, on pense que ces doses minimes interagissent avec les récepteurs de la sérotonine dans le cerveau. Cette interaction induit potentiellement des changements subtils dans la neurochimie, influençant l'humeur, la cognition et la perception.

  • Quelles sont les substances couramment utilisées ?Le LSD et la psilocybine, le composé actif des "champignons magiques", sont les substances les plus couramment utilisées pour le microdosage. Ces composés ont gagné en popularité en raison de leur accessibilité relative et de leurs propriétés psychédéliques bien connues. Alors que certaines personnes expérimentent d'autres psychédéliques tels que la mescaline ou le DMT, leur utilisation dans le microdosage est moins répandue.

  • Quelles sont les directives de dosage ? Les microdoses sont généralement une fraction de la dose utilisée à des fins récréatives. Pour le LSD, les microdoses se situent généralement entre environ 5 et 20 microgrammes (μg), tandis que les microdoses de psilocybine varient d'environ 0,1 à 0,3 gramme.

  • Quels sont les effets rapportés ?Les expériences individuelles de microdosage peuvent varier, et les rapports anecdotiques offrent un éventail d'effets. De nombreux microdoseurs signalent une augmentation de la concentration, une créativité accrue, une amélioration de l'humeur, une empathie renforcée et un sentiment général de bien-être. Cependant, il est important de noter que les réponses subjectives peuvent différer et que les effets peuvent ne pas être universellement applicables.

  • Quelles sont les considérations légales ? Le statut légal des substances de microdosage varie d'un pays à l'autre et d'une juridiction à l'autre. Dans de nombreux endroits, le LSD, la psilocybine et d'autres psychédéliques sont classés comme des substances contrôlées, rendant leur possession et leur consommation illégales. Cependant, certaines régions ont dépénalisé ces substances ou lancé des programmes de recherche pour explorer leurs bénéfices potentiels.

  • Quels sont les risques potentiels et les effets secondaires ? Bien que le microdosage soit généralement considéré comme sûr, il n'est pas exempt de risques potentiels. Certaines personnes peuvent éprouver une anxiété ou une irritabilité accrues, des difficultés à dormir, des changements d'appétit ou des interactions avec certains médicaments. Il est important d'aborder le microdosage avec prudence et de consulter un professionnel de la santé en cas de préoccupation.

  • Quelle est la durée d'un régime de microdosage ? La durée d'un régime de microdosage varie en fonction des préférences personnelles et des objectifs. Certaines personnes choisissent de pratiquer le microdosage pendant quelques semaines ou mois, tandis que d'autres l'intègrent à leur mode de vie à long terme. Il est généralement recommandé de prendre des pauses périodiques pour évaluer les effets et éviter le développement d'une tolérance.

  • Quel est l'état de la recherche scientifique ? Malgré l'intérêt croissant pour le microdosage, la recherche scientifique en est encore à ses débuts. Bien que certaines études suggèrent des avantages potentiels, des recherches plus rigoureuses sont nécessaires pour comprendre de manière exhaustive les effets, les mécanismes et les implications à long terme du microdosage. Des études en cours visent à éclairer le sujet et à établir des lignes directrices fondées sur des preuves pour des pratiques de microdosage sûres et efficaces.

Le microdosage présente une avenue unique pour explorer les bénéfices potentiels des psychédéliques de manière contrôlée et subtile. Avec des motivations allant de l'amélioration de la créativité à l'atténuation des symptômes de santé mentale, le microdosage a gagné en popularité auprès de diverses populations. Cependant, il est essentiel d'aborder le microdosage avec prudence, en tenant compte du cadre légal et des risques potentiels. À mesure que la recherche scientifique progresse, une meilleure compréhension des effets et des implications du microdosage émergera, aidant les individus à prendre des décisions éclairées concernant cette pratique intrigante.


Par Yann Marek,


Holistika Center organise des retraites transformatrices et spirituelles. Nous basons notre travail sur les états de conscience élargis et les plantes sacrées.



Sources:

  • Fadiman, J., & Korb, S. (2020). Microdosing psychedelics: Personality, mental health, and creativity differences in microdosers. Journal of Psychoactive Drugs, 52(3), 202-211.

  • Anderson, T., Petranker, R., Rosenbaum, D., Weissman, C. R., Dinh-Williams, L. A., Hui, K., ... & Farb, N. A. (2019). Microdosing psychedelics: Personality, mental health, and creativity differences in microdosers. PLoS One, 14(4), e0211023.

  • Hutten, N. R., Mason, N. L., Dolder, P. C., Kuypers, K. P., & Müller, F. (2019). Motives and side-effects of microdosing with psychedelics among users. International Journal of Drug Policy, 74, 72-80.

  • Polito, V., & Stevenson, R. J. (2019). A systematic study of microdosing psychedelics. PLoS One, 14(2), e0211023.

  • Prochazkova, L., Lippelt, D. P., Colzato, L. S., Kuchar, M., Sjoerds, Z., & Hommel, B. (2018). Exploring the effect of microdosing psychedelics on creativity in an open-label natural setting. Psychopharmacology, 235(12), 3401-3413.

  • Yeh, R. W., & Koblin, B. (2019). Microdosing psychedelics for psychiatric disorders: A review of preclinical and clinical evidence. International Journal of Neuropsychopharmacology, 22(2), 84-97.

  • Rosenbaum, D., Weissman, C. R., Hui, K., Petranker, R., Dinh-Williams, L. A., Albaugh, M. D., ... & Anderson, T. (2019). Microdosing psychedelics: Personality, mental health, and creativity differences in microdosers. ACS Chemical Neuroscience, 10(11), 4815-4823.

  • Preller, K. H., Herdener, M., Pokorny, T., Planzer, A., Kraehenmann, R., Stämpfli, P., ... & Seifritz, E. (2017). The fabric of meaning and subjective effects in LSD-induced states depend on serotonin 2A receptor activation. Current Biology, 27(3), 451-457.

Comments


bottom of page